CM du 10 avril 2017 Budget ville, la communication ne suffira pas à gommer la réalité des chiffres.

La présentation de vos orientations budgétaires, il y a une dizaine de jours et votre proposition de budget 2017 dévoilé ce soir, à réellement de quoi rendre perplexe. La seule information, bien qu’inquiétante, mais importante de la soirée, est votre annonce de rompre le pacte financier que vous avez-vous- même instauré.
En effet, la section d’investissement de votre budget devra s’équilibrer en 2017 par le recours à un emprunt, ce qui aura pour effet immédiat d’augmenter la dette, alors que cela fait 3 ans que vous nous expliquez qu’il faut qu’elle baisse. Dès lors, les charges financières supportées par le fonctionnement vont augmenter, alors même qu’elles ont baissé de 60 000.00 € en 3 ans, d’une façon mécanique, sans la moindre intervention de votre part.
Ce n’est pas la première fois que vous y faite appel depuis le début du mandat. Bien entendu, pas la ville directement, aucune trace ni sur les CA 2015, ni sur celui de 2016. Pourtant la ville à bien contracté une dette le 21/12/2015, d’un montant de 280 000.00 €, pour l’achat d’une friche industrielle appartenant à la société MOBADOUR, auprès de l’EPFL sur une durée maximale de portage de 4 ans. Le 29/02/2016, de la même façon, vous avez contracté avec le même établissement, une dette de 250 000.00 € sur une durée de portage de 6 ans, afin d’acquérir une parcelle de terre situé rue labarraque.
Comme vous nous avez démontré que le remboursement de cette dette de 530 000.00 €, ne pourra se faire ni par la restauration de l’épargne, ni par les cessions immobilières vous en avez eu le fruit et vous ne l’avez pas fait, c’est par l’emprunt que la ville dans le futur devra s’en acquitter.

Lors du dernier conseil, vous avez annoncé qu’il convenait de ralentir la politique de désendettement pour permettre à la commune d’investir dans des domaines rendus maintenant nécessaires et obligatoires. Encore eu-t-il fallu qu’elle exista cette politique de désendettement, aucun remboursement par anticipation, aucune renégociation de la dette, n’apparaissent dans les comptes administratifs 2016, 2015 ou encore 2014. Il semble donc difficile de ralentir quelque chose qui n’est le fruit que de votre imagination. Que de rendez-vous manqués alors même que vous avez disposé des moyens pour le faire, je ne reprendrais pas ma démonstration.

Simplement nous affirmons que si vous aviez poursuivi, prolongé la même exécution budgétaire que la nôtre, 6 000 000.00 € auraient pu être raisonnablement consacrés au remboursement par anticipation de la dette. Vous tenez devant, comme un paravent, l’argument des IRA (indemnité de remboursement par anticipation), alors même qu’elles auraient pu être renégociées comme cela se pratique.

On se retrouve 3 ans après, face à une équipe, ou au moins une majorité de circonstance, qui s’est fixé des objectifs et qui vient nous dire ce soir, qu’elle ne les atteindra pas. Entre temps, les Oloronais ont dû subir et continuent de le faire, une ponction de 500 000.00 €/an d’impôts supplémentaires pour la ville sans oublier 300 000.00 €/an de plus pour la CCPO qu’ils sont d’ailleurs les seuls sur le territoire à subir. La ville dans le même temps, a vu son patrimoine immobilier disparaitre pour partie, autour d’une braderie, dans une période peu favorable aux transactions. Du moins peu favorable aux vendeurs, d’autres y auront fait quelques affaires.

Tout ça pour inscrire 3 500 000.00 € de dépenses d’équipement dont déjà 784 000.00 € proviennent des restes à réaliser de 2016. La ville a connu un rythme annuel moyen de 4 900 000.00 € lors de la précédente mandature, que vous n’arrivez pas à rejoindre. D’autant que dans ce que vous appelez les domaines nécessaires et obligatoires, il y a la reconstruction de la tribune de la plaine de st pee, pour laquelle vous n’avez pas inscrit le moindre euro de dépense dans votre budget d’investissement. C’est surprenant, j’ai entendu le Maire parler d’un coût de reconstruction de 2 500 000.00 €, sur l’édition France 3 Pau Sud Aquitaine.

La deuxième information que vous nous dévoilez, c’est que vous abandonnez la restauration de l’épargne, qui est la première marche des ressources nécessaires au financement des investissements, qui conditionnent l’avenir de notre ville. Votre budget 2017, fait apparaître une épargne brute de 1 252 000.00 € à l’endroit même où elle a été d’ 1 452 000.00 € en 2016.
En 2 ans, cette épargne aura donc diminué de 30%.

Fin 2017, lorsque nous aurons payé le capital de nos emprunts, il restera une épargne nette de 125 000.00 € en recul de 80%, traduisant son effondrement par rapport aux 632 000.00 € que nous vous avions laissé en 2013.
Attention fin 2017 il ne vous restera plus que 2 ans pour que dans l’intérêt de la ville, vous fassiez aussi bien. Cependant, une question nous brûle les lèvres, ou sont donc les 4 800 000.00 € fruit de l’augmentation des impôts et de la cession des biens immobiliers ?
Comment peut-on estimer qu’il est réaliste de penser que nous soyons en capacité de réaliser même des économies, lors de la consultation des comptes administratifs depuis 2014, nous n’avons cessé de constater, que les dépenses de fonctionnement augmentent en moyenne de 4% chaque année.
Sur les recettes, une attention toute particulière doit être menée, sur les participations que supportent les régies eau-assainissement au bénéfice du budget ville. Dans le cadre de la loi notre, le transfert de ces régie vers l’intercommunalité, reste d’actualité. Cependant, pensez-vous que la commission de transfert va accepter de compenser les montants pharaoniques, qui sont inscrits en recettes aujourd’hui.

Nous n’irons guère plus loin ce soir, car vous ne nous avez pas offert beaucoup de gage de sincérité, ni dans vos actes, ni dans vos stratégies financières qui ne sont pas auréolés de succès, puisque vous les abandonnez.
C’est la soirée des renoncements, alors au nom du groupe minoritaire je vous informe que nous voterons contre votre budget 2017.

Retrouvez l’intégralité des débats sur oloronuneautrevoix