CM du 23 novembre 2016 Camping municipal , malgré l’opacité de la manœuvre, la majorité vend le camping municipal.

Dans quelques instants, vous allez décider de vendre le camping municipal à la société PVA de Mr Christian Guiraud qui a été choisi par le groupe majoritaire au sein de la commission de travail.
Nous restons évidement contre cette vente qui suspend l’avenir de cet équipement et de ses terrains aux actions de son nouveau propriétaire.
Nous voulions que la commune reste propriétaire des terrains, nous pensions aux futures générations.
Nous voulions que la commune soit garantie sur la réalité des investissements utiles à la modernisation du camping.
Nous voulions que l’exploitant puisse retirer les fruits de ses investissements et de son travail.
Le Bail emphytéotique répondait à ces exigences, vous préférez la vente, seul le court terme financier vous intéresse.
Concernant la question du prix, avant l’ouverture des plis, représentant le groupe minoritaire j’ai exprimé la position que je tiendrais et qui serait la suivante :
Je resterai fidèle sur la lettre et l’expertise des services de l’Etat c’est-à-dire que si les offres étaient en dessous de plus de 10 % du prix qui a été exprimé par les Domaines, prix fixé à 620 000 €, je considèrerai qu’il n’y a pas lieu de juger les offres. Parce que ce n’est pas en étant moins-disant qu’onpeut exprimer que l’offre est bonne ou pas bonne.

En l’état, la proposition de la SCI PVA de 520000.00 € place cette offre à 19% en dessous de l’évaluation publique. Accepter cette offre revient à accepter de priver la ville d’une recette de 100000.00 €.

L’audition des candidats, en particulier le « business plan » présenté par la Société PVA démontre (j’espère pour lui que ces chiffres se vérifieront dans le temps) le potentiel non exploité à ce jour de cet établissement et montre à lui seul involontairement, que l’estimation qui a été faite par le service des Domaines n’est absolument pas sur évaluée.
Je note que la SCI PVA alors qu’elle fait une proposition de 520000.00 €, apporte en première lecture les attestations de 2 organismes bancaires, qui lui assurent un accord de principe d’un financement de 600000.00 € sur l’achat du foncier, cela démontre que cette dernière à certaines marges financières que la commission n’a absolument pas exploitées, y compris lors des auditions.

En cohérence avec notre prise de position initiale et les motifs que je viens de vous exposer, je considère que cette offre ne sert pas l’intérêt financier de la collectivité que nous représentons.
Lors des entretiens, ni les acheteurs ni le vendeur, n’ont évoqué la justification d’un tel écart.
Vous devez donc encore négocier ce prix de vente.

Quant aux investissements annoncés par la société PVA, 717000.00 €, aucune attestation des partenaires financiers n’a été produite, garantissant à la ville d’Oloron qu’ils seraient réalisés. Dans ce domaine, il s’agit uniquement d’une présentation d’intention, qui n’engage absolument pas le candidat à réaliser les montants et les programmes d’investissements présentés.

En responsabilité, j’appelle le groupe d’opposition à voter contre cette délibération, aux motifs :

  • que les intérêts de la collectivité n’ont pas été réellement recherchés, au vue des documents et des capacités financières qui nous ont été produits ;
  • que les investissements nécessaires à l’exploitation de ce camping ne sont à ce jour aucunement garantis.
  • que la ville ne se garantie pas par condition suspensive à l’intérieur de l’acte d’achat, que seul une activité de camping, pourra s’exercer sur les terrains vendus et que nous demandons qu’elle le fasse pour éviter toute autre destination à ces terrains.

Il nous reste donc à espérer que votre décision sera couronnée de succès et que la ville d’Oloron, aura toujours un espace « d’hôtellerie légère de loisirs » qui pourra répondre aux exigences d’accueil pour l’hébergement de ses visiteurs.

Retrouvez l’intégralité des débats sur oloronuneautrevoix