Restauration de la tribune de Saint-Pée : quand la confiance est rompue…

 

Le 6 mars 2017, la moitié de la tribune principale du Stade de Saint Pée partait en fumée, au grand désarroi des dirigeants du FCO rugby et athlétisme, de tous les sportifs et des promeneurs qui fréquentent cet espace emblématique de notre ville.

L’affaire fit grand bruit et des élus se livrèrent à de bruyantes et médiatiques suppositions, accusant les jeunes des établissements scolaires attenants et dénonçant le laxisme de leur encadrement.

Plusieurs mois après, le procureur de la République indiquait que « l’enquête  n’a pas permis d’identifier la (les) personne(s) ayant commis l’infraction. Par conséquent, il n’est pas possible d’engager des poursuites pénales. En cas d’élément nouveau, la procédure sera réexaminée »

Récemment la société d’assurance  annonçait que 900 000 euros seraient versés pour restaurer la tribune à l’identique. C’est une bonne nouvelle.

Lors du précédent conseil municipal du 24 septembre fortement occupé par le rapport calamiteux de la Chambre Régionale des Comptes à propos des frais de mission du maire, un sujet concernant la restauration de cette tribune passa inaperçu.

Il fut pourtant demandé aux conseillers municipaux de voter en faveur d’un versement direct et immédiat de la totalité de la prime d’assurance.

Les conseillers d’opposition votèrent CONTRE, préférant le versement d’une avance pour démarrer les travaux et que le solde soit versé sur facture, au fur et à mesure de leur avancée.

Un antécédent nous avait en effet échaudés  en 2007 quand deux primes d’assurance, pour un  montant total de 1, 750 millions d’€ relatives à des dégâts occasionnés par la grêle sur les toits de la Cathédrale et des bâtiments communaux et pour un incendie furent versées directement à la commune. Ces sommes furent intégrées dans le budget communal pour le rendre plus présentable et les trous dans les toits ne furent pas réparés!

L’article du 25 septembre de Jean-Etienne GAILLAT relate cet épisode par le détail.

Compte tenu de ce que nous venions de découvrir en matière de gestion frauduleuse dénoncée par la Chambre Régionale des Comptes dans l’usage de l’argent public et des réactions venues de tous les bancs du conseil municipal, nous n’avions aucune raison de faire confiance au Maire.

Le moment est néanmoins venu de réaliser ce chantier pour une remise en état que chacun espère la plus proche possible.

Le Conseil Municipal s’est prononcé hier soir pour une reconstruction avec une toiture nouvelle et modernisée et une plateforme en ourdi dans la partie supérieure de la tribune.

Cette proposition entraîne la suppression de 500 places assises dans cette tribune et un surcoût de 235 000€ par rapport à la solution de reconstruction à l’identique.

Le groupe d’opposition et plusieurs élus de la majorité avaient, lors d’une séance plénière, sans vote, exprimé leurs réticences quant à la suppression envisagée  de ces 500 places assises.

Certes, et les dirigeants du FCO rugby en conviennent, les foules d’antan ne sont pour le moment pas au rendez-vous. Mais ça peut revenir.

Cependant, le stade de Saint Pée reste un espace public, un théâtre à ciel ouvert, un cadre idéal pour des événements populaires sportifs, festifs ou culturels.

La mise en place d’une plateforme en ourdis ouvre, selon le Maire, le champ de tous les possibles: accueil de spectateurs en déambulation ce que la loi ne permet pas actuellement, installations de loges pour les sponsors dont l’adjoint aux sports se fait l’avocat depuis longtemps , de buvettes et des cabines de  presse, etc. Et la possibilité le cas échéant de réinstaller si nécessaire des places assises.

Les élus de la majorité  qui avaient exprimé leur opposition en raison de la suppression massive de places assises sont rentrés dans le rang sauf Monsieur NAYA qui s’est abstenu.

Le groupe d’opposition s’est aussi abstenu compte tenu du manque total de confiance que nous inspirent désormais les propos de façade du maire.

Le calendrier des travaux ne doit pas néanmoins être ralenti.

Nous avons voulu, par ce vote,  après avoir bien écouté les arguments de la municipalité, manifester notre regret que par imitation des pratiques appliquées au monde du sport professionnel, la collectivité renonce à la capacité en places assises en ce lieu d’animation  et d’attractivité.

Les élus de l’opposition