Le maire lave plus blanc que blanc

Jusqu’à présent aucune municipalité oloronaise n’avait été mise dans l’obligation de faire voter des délibérations pour border le bon usage de l’argent public et la bonne pratique des élus. La Cour Régionale des Comptes a sommé la majorité actuelle de  le faire. Il ne s’agit pas de juger de choix politiques mais de dénoncer des abus contraires à ce qui  semblait évident pour tous les élus qui se sont succédés jusqu’à ce jour.

Frais de mission et de déplacements

Soyons clairs, il s’agit ici d’un rappel au règlement rendu nécessaire après le rapport cinglant de la Chambre Régionale des Comptes qui dénonce par la preuve l’usage que vous avez fait de l’argent public, celui du contribuable, celui de nos concitoyens.

Il convient maintenant d’attendre ce que dira la justice.

Rien de bien nouveau dans cette délibération si ce n’est quelques évolutions dans le code général des collectivités publiques sur les montants des indemnités allouées pour les frais de mission – repas et déplacements- dès lors qu’ils sont effectués hors du territoire communal.

Pour les déplacements effectués dans le périmètre de la commune, les élus savent depuis toujours que leur indemnité sert en partie à cela.

Bref, cette délibération est un rappel au règlement qui nous confirme que si les responsabilités politiques, dès lors qu’elles servent l’intérêt général,  ne doivent pas fragiliser les ressources du foyer des élus, elles ne doivent surtout pas donner lieu à quelque tentation d’enrichissement personnel.

Dois-je rappeler les remboursements de déplacements inexistants, plusieurs remboursements avérés et constatés pour un même déplacement, des frais de bouche inconsidérés, les véhicules de fonction pour un usage personnel, les cartes de carburants et j’en passe…pour un train de vie inapproprié sur le dos des contribuables

Cette délibération, ce rappel à la vertu citoyenne et républicaine, nous confirme que les élus de la République n’ont pas le droit comme le faisaient les rois de ponctionner les caisses publiques pour augmenter leur revenu personnel.

L’actualité des Gilets Jaunes a mis en relief comme jamais la détresse de celles et de ceux dont le compte en banque est à sec bien avant la fin du mois.

Les Gilets Jaunes revendiquent leur totale indépendance à l’égard des politiques. Ils veulent des élus qui leur ressemblent, qui ne sont pas des privilégiés, comme sont les élus dans certains pays nordiques, fussent ils ministres ou présidents.

Ils veulent aussi et c’est normal, une représentation politique plus conforme à la société.

Leur message résonne quand ils expriment leur ras le bol des taxes qui s’abattent sur eux sans discernement.

Non pas qu’ils rechignent à participer à la solidarité nationale qui reste une marque de fabrique de notre pays mais parce qu’ils considèrent à juste titre que les contributions doivent être plus proportionnées aux revenus de chacun.

Votre politique fiscale ne les a pas épargnés quand vous avez décidé conjointement, Maire d’Oloron et Président de la Communauté des Communes de supprimer tous les abattements fiscaux.

C’est ainsi plus de 800 000€ que les foyers Oloronais payent en plus chaque année. Déjà 3,2 M€ depuis votre arrivée dans cette mairie en 2014. Entre autres,

Vous les avez reçus en Mairie ; vous avez même accroché des gilets jaunes sur la façade de la mairie. Avant d’effectuer une volte face à 360°…

… Et de détruire deux jours plus tard, dans le noir et dans le froid, sans sommations, le campement de fortune qui leur permettait de s’abriter, avant de les accuser, sans preuve, d’exactions commises sur l’espace public.

Rajouter à cette injustice sociale l’indécence d’un usage personnel de l’argent public relève de l’insulte à la population, de l’injure à la démocratie et justifie totalement que nous adhérions à cette délibération qui vous engage.