Débats d’Orientations Budgétaires 2019

Le débat d’orientation budgétaire a bien eu lieu. Nous n’aurons pas eu les réponses à toutes nos questions, la séance du budget le mois prochain sera l’occasion de les renouveler. Le maire, une fois de plus, affirme qu’il a tenu sa promesse de campagne en n’augmentant pas le taux des impôts locaux et dans la même séance se demande « comment aurions-nous fait sans cette ressource supplémentaire de 450 000 euros provenant de la suppression des abattements ? ». Un aveu tout de même !! Les oloronais apprécieront cette subtilité ! Peu importe le nom que l’on donne à cette hausse de 36% des impôts, c’est eux qui l’ont payée, 450 000 euros à la ville d’Oloron, entraînant ainsi une augmentation de 300 000 euros pour les oloronais à la communauté des communes !!

Intervention de Bernard UTHURRY

Notre assemblée est invitée ce soir à prendre acte de l’existence du Rapport d’Orientation Budgétaires 2019 et d’acter qu’un débat a eu lieu.

Nous serons aussi invités à confirmer par un vote la tenue du Débat en cours. Nous confirmerons donc que nous avons été conviés à ce débat et que le débat a eu lieu.

Nous n’épiloguerons pas sur la conjoncture internationale qui nous rappelle que l’économie et la finance se sont mondialisées, ce qui n’est pas sans conséquences sur les économies nationales, en particulier sur la dépense publique et le montant de la dette par rapport au PIB.

A ce propos, avez vous gardé en mémoire le montant de la réduction des dépenses publiques que voulait mettre en œuvre le candidat que la plupart d’entre vous souteniez à la dernière présidentielle? 

Evitons de commenter en spectateurs les récentes modifications institutionnelles, notamment celles issues de la loi NOTRe portant sur la nouvelle organisation des territoires de la République. L’enjeu c’est d’être de réels acteurs dans ce nouveau contexte territorial au service de nos concitoyens et en réponse à leurs attentes.

Attendons de voir ce qui sortira du débat en cours, sur ces attentes et  en matière de décentralisation et de clarification des compétences.

Pour le reste, je constate une fois de plus les vertus gestionnaires des années pré électorales. La brise électorale rend le ciel plus bleu et l’avenir plus rose. Tout d’un coup les graphiques s’affolent et les courbes se redressent. Alors sommes nous dans l’apparence et dans la communication? Nous le saurons quand nous aurons connaissance des vrais chiffres, ceux du compte administratif 2018.  C’est en matière budgétaire le juge de paix des braves avec, bien sur, le rapport de la CRC. En conséquence nous ne pouvons pas débattre sur des chiffres que nous ne connaissons pas encore. Nous vous ferons part de nos analyses quand nous voterons le compte administratif 2018.  Une précision tout de même: lors de votre exposé du rapport de la CRC vous nous disiez je cite:  » Il s’agit d’un rapport tout à fait discutable et discuté, il l’est encore pour moi ». Donc, avez vous continué à discuter avec la CRC et quel est le fruit de vos discussions si il yen a eu? Puisque comme je m’en doutais il n’y en pas eu, nous sommes bien d’accord que les chiffres de la CRC sont ceux de la vérité budgétaire?

Pour le reste et puisqu’il s’agit de regarder vos orientations pour 2019 je regrette de constater que les recettes baissent et les dépenses augmentent. ( -4% de recettes + 3% de dépenses) Autant vous dire que nous ne partageons pas cette orientation néfaste pour les finances de notre ville. A l’heure ou toutes les collectivités baissent leurs dépenses en fonction de la baisse de leurs recettes pour préserver leur capacités d’investissement, ce que font tout nos concitoyens dans leur vie quotidienne, vous faites l’inverse. Nous en verrons les conséquences sur l’avenir lors du vote du budget.

S’agissant de la dette, votre discours préféré, le tableau que vous nous présentez se veut annonciateur du rétablissement des finances de la commune avec notamment une dette en baisse de 2M€. Effectivement vous avez cessé d’emprunter entre 2015 et 2018 : il est donc automatique et naturel que, sans emprunts, la dette baisse durant cette période. Et qu’elle reparte à la hausse dès lors que les emprunts sont a nouveau contractés. Ce qui est le cas d’ailleurs.

Mais comme vous n’arrêtez pas de tenter de valoriser votre « action vigoureuse sur la dette » que « vous avez trouvé » comme si elle avait été cachée et qu’évidemment vous omettez de préciser que vous avez trouvé en même temps l’épargne brute pour la payer qu’en est il vraiment de cette action que vous revendiquez?

Quid de l’affectation des ressources issues de la vente des biens communaux – 3,4M€ à ce jour dont vous aviez déclaré qu’ils seraient affectés à rembourser par anticipation une partie de cette dette ?

Quid de l’utilisation de votre augmentation de la fiscalité locale 450000 € / an   prélevée en plus chaque année auprès des foyers oloronais depuis 2015.

 Sans compter la recette du versement transport ou encore de certaines taxes assez inédites dans le paysage comme la taxe sur les morts que seules 300 communes en France ont mise en place.

Vous ne manquez pas d’oxygène en soulignant que les taux d’imposition sont restés stables jusqu’en 2016 avant d’être baissés en 2017 !

Le rapport de la CRC indique que déjà, « l’augmentation des produits de gestion, +9%, est lié notamment à celle des ressources fiscales (+36%) intervenues notamment … suite à la décision du Conseil Municipal de supprimer divers abattements sur les bases de la taxe d’habitation. »

Et la ponction s’est prolongée et se prolonge encore ville et CCHB réunies pour une fois.

Votre pacte financier ? Vous avez imposé à nos seuls habitants de l’honorer; ils payent à la ville et à la CCHB et de la manière la plus injuste puisque ce sont les foyers les moins fortunés qui ont payé la plus grande partie de l’addition. (780000€/ an)

Pour quels résultats ?

Constatons en effet que malgré ces ponctions la dette a beaucoup moins diminué que n’ont diminué les investissements communaux.

Pour mémoire depuis le début de votre mandat vous avez investi en moyenne 3,3M€ par an au bénéfice de la collectivité et de ses habitants alors que 4,7M€ furent investis par la précédente équipe qui par ailleurs avait atteint ses objectifs en dégageant un excédent de fonctionnement – 1,1M€ – qui lui permettait de faire face à une  dette qui relevait pour partie de sa gestion et pour une bonne partie aussi de la gestion des équipes précédentes. Comme toujours.

Le rapport que vous proposez au débat mérite d’être étudié à la lumière des éléments qui nous seront proposés dans quelques semaines lors de la séance réservée à l’analyse du Compte Administratif et de votre projet de budget.

Cela sera aussi l’occasion de débattre sur les politiques publiques soutenues par ce budget et en matière d’investissement et de projets de mesurer l’écart entre les discours et la réalité.

Rendez- vous donc dans quelques semaines.

Sur les budgets de l’eau et de l’assainissement même réponse nous verrons dans quelques semaines comment s’annonce l’avenir de ces deux services importants à la population. Néanmoins observons d’ores et déjà que le différentiel entre l’épargne et les projets d’investissements, laisse présager de fortes augmentations du prix de l’eau et de l’assainissement.

Enfin, est ce que le report de la prise de compétence par la CCHB suspend aussi de fait tout travail prospectif de nos chefs de service de l’eau et de l’assainissement?  Ce serait bien dommage.